Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y ’a t – il pas un autre moyen d’obtenir satisfaction sans faire de sacrifice ?
Y ’a t – il pas un autre moyen d’obtenir satisfaction sans faire de sacrifice ?

Sacrifices et Offrandes:

Pourquoi sacrifice ?
Dans quel but l’homme est appelé à faire des sacrifices ?
Y ’a t – il pas un autre moyen d’obtenir satisfaction sans faire de sacrifice ?
Les vœux sont adressés à qui ?
Si on doit adresser une requête à Dieu ou à une divinité, est-il nécessaire de recourir obligatoirement à des sacrifices et offrandes?

L’homme fait des sacrifices pour que ses vœux soient exhaussés, ses désirs réalisés. C’est la philosophie donnant –donnant comme disent les Africains.
Le terme sacrifice tel qu’il est employé et exprimé est différent d’un pays à un autre. Si à l’origine, il exprimait une mise à mort ritualisé d’un animal en l’honneur des divinités selon même sa définition étymologique (accomplissement des choses sacrées), de nos jours, sa pratique dénote tout un ensemble d’expression et de connotation lié à la culture des pratiquants. Les sacrifices sont sous toutes les formes allant du plus simple au plus compliqué et répondant à des normes très précises comme cela se faisait dans les religions de l’antiquité. Les vœux sont adressés soit à une divinité soit à Dieu. Cela veut dire que nos désirs qui sont au delà de nos pouvoirs, peuvent être réalisés par une divinité ou par Dieu grâce à l’utilisation d’acte sacrificiel. Le sacrifice ne date pas d’aujourd’hui, nous constatons que dans la genèse, l’exode et dans le lévitique, les cananéens le pratiquaient beaucoup et cela rythmait leur vie quotidienne comme cela est décrit dans la genèse :
« ….il arrive au bout de quelque temps que Caïn apporta du fruit du sol, une offrande à l’Eternel. Et Abel apporta lui aussi des premiers-nés de son troupeau, et de leur graisse. Et l’Eternel eut égard à Abel et à son offrande… » ;
« … Et Noé bâtit un autel à l’Eternel et prit de toute bête pure et de tout oiseau pur, et offrit des holocaustes sur l’autel… » ;
Dieu en s’adressant à Moise dit : « Vous ne ferez point de dieux d’argent à côté de moi, et vous ne vous ferez pas des dieux d’or… » ;
« Celui qui sacrifie à un dieu, si ce n’est à l’Eternel seul, sera voué à la destruction».

Il y’avait des sacrifices et offrandes pour honorer ou remercier Dieu, des sacrifices pour le péché, des sacrifices de consécration, sacrifices de prospérités, des sacrifices pour le délit bref toute sorte de sacrifice mais parallèlement d’autres peuples anciens pratiquaient des sacrifices et offrandes à des divinités idolâtres vénérées comme en Grèce, chez les Mayas, chez les Aztèques, chez presque tous les peuples antiques. Le sacrifice est un acte commun à toutes les religions de l’antiquité. Les sacrifices humains étaient très courants à cette époque, on sacrifiait des enfants comme le premier nouveau né pour calmer le courroux des dieux jaloux ou pour d’autres faveurs.
Dieu n’a-t-il pas demandé à Abraham de sacrifier son fils, acte de foi et d’alliance, c’est ce qui a valu à Abraham d’être le premier musulman le modèle par excellence du vrai croyant qui se soumet et qui s’adonne entièrement à Dieu. Selon les exégètes, la demande de sacrifice du fils d’Abraham est une mise en scène pédagogique pour montrer que Dieu n’est pas le dieu jaloux à qui on offrait des sacrifices d’enfants mais un Dieu d’amour, de justice, unique et invisible. Dieu n’aime pas être associé à des divinités quand on l’adore ou quand on l’honore.

Nous constatons aussi qu’il n’y avait pratiquement pas de prières comme on le fait aujourd’hui, la prière pour une quelconque demande était faite sous forme de sacrifice et d’offrande. Les sacrifices et offrandes ont survécu depuis la nuit des temps et continuent à être utiliser sous diverses formes.
De nos jours on associe aussi les prières avec des sacrifices, pour favoriser, débloquer une situation ou propulser les prières sur un autre plan énergétique plus propice à l’accomplissement de la demande. Les sacrifices associés aux prières jouent un effet multiplicateur d’énergie positive.

Les sacrifices et offrandes étaient un moyen très efficace pour la réalisation des vœux. La pratique a tendance à montrer qu’il est plus facile et plus rapide de voir un vœu se réaliser par sacrifice que par prière. On dirait que les énergies mises en jeu lors des sacrifices sont plus fortes que celles mises en jeu lors des prières. Mais il n’en est rien, seulement pour obtenir la réalisation des vœux par la prière, il est nécessaire de connaitre les techniques de prière et les noms chargés d’énergie supérieure très efficace. Dans les grandes religions révélées, les maîtres en sont les détenteurs et les gardent jalousement pour ne pas les divulguer.
Pour ceux qui n’ont pas cette technique dans les prières, il est plus facile de recourir à des sacrifices qui constituent en quelque sorte une autre forme de prières sans obligatoirement prononcer des paroles ou verbes sacrés (allusion faite au texte sacré). L’intention de faire le sacrifice pour telle chose joue un rôle important dans l’accomplissement du vœu. C’est l’intention qui charge l’animal à sacrifier et constitue en quelque sorte la prière.
Parlant de prière, je fais allusion aux verbes issus des textes sacrés comme l’arabe, l’hébreu et le sanskrit puisque ce sont des langues qui utilisent des verbes sacrés dans les religions révélées. Bien sûr, une prière peut se faire avec n’importe quelle langue pourvu que l’intention soit manifestée dans le désir de réalisation d’un vœu. C’est l’intention qui charge le verbe dans la prière. Elle en est le fondement et le moteur dans tout acte religieux. Sans intention, la prière et le sacrifice ne sont qu’une succession de mot ou d’acte sans importance et sans effet significatif.
De nos jours, on fait des sacrifices pour diverses raisons :
-Faciliter un mariage
-Eviter des catastrophes ; Protection de toute sorte
-Faire du mal ;
-Demande d’alliance à une divinité
-Demande de pluie, d’abondance des cultures
-Sacrifices pour renoncer à un contrat avec une divinité
-Acte d’allégeance
-Demande d’enfant
-Sacrifice de remerciement à un génie ou acte de reconnaissance
-Sacrifice pour contrecarrer un malheur
-Sacrifice de renoncement de contrat avec un génie.
-Faire un sacrifice pour nouer un contact avec une divinité
-Sacrifice curatifs
-Etc. ……
Nous voyons qu’il ya autant de sacrifices que de désirs. Le sacrifice retrouve son fondement dans le désir même des personnes. Nous ne pouvons pas résumer ou simplifier le sacrifice en un seul désir et en une seule pratique. Il y’a autant de désirs que d’actes sacrificiels.
Comment faire un sacrifice ?
Dans l’acte sacrificiel, trois choses sont fondamentales pour avoir gain de cause rapide :
a)Avoir un désir fort de réaliser un vœu par sacrifice
b)Avoir une intention ferme de le réaliser et de l’obtenir
c)Enfin l’acte sacrificiel en offrant quelque chose d’important matériellement ou sentimentalement (se défaire de quelque chose dont on attache une certaine valeur marchande ou spirituelle).
En Afrique de l’ouest surtout au Sénégal et au Mali, on a l’habitude de faire sacrifice un mouton blanc (couleur symbolique) que l’on laisse à la maison sensé protéger la personne ou les membres de la famille. Nous voyons aussi des sacrifices de chevaux tout blancs que l’on garde chez soi en guise de protection. Le malheur qui doit tomber sur un membre de la famille sera dévié sur l’animal domestique.
Pourquoi ces animaux domestiques sont censés protégés les personnes d’un malheur ?
Précisons que ces animaux ne seront jamais tués, au contraire ils sont bien nourris et bien soignés. Ce sont des animaux qui sont proches de nous sentimentalement, très doux et sensibles. Ce qui fait qu’ils deviennent des animaux de sacrifices, résident dans l’intention qu’on a eue à faire lors de l’acquisition de ces animaux. Ils gardent une valeur affective très élevée, devenant ainsi presque des membres de la famille. La couleur blanche est très symbolique et engendre un effet de pureté symbolique sur le plan spirituel et a tendance a capté toutes les influences négatives.
Nous constatons souvent que ces animaux meurent subitement, parfois sans maladie apparente et quand on dépèce l’animal afin de diagnostiquer la cause de sa mort, on constate des faits étranges comme des cordes trouvées attaché sur le cœur de l’animal ou sur une autre partie du corps, une forme de plaie géante dans le cœur, poumons ou reins, en fait des phénomènes que la raison logico-mathématique ne peut expliquer mais que le spirituel comprend facilement. Vous remplacez le même animal par un autre animal en guise de sacrifice, à la mort de ce deuxième animal, vous pouvez constater le même phénomène (même maladie).
C’est pourquoi chez les hommes riches, nous trouvons souvent des animaux domestiques en guise de sacrifice comme des moutons ou chevaux, plus le nombre est important, plus la protection est à son niveau le plus élevé.
Nous allons montrer dans un autre thème, comment les maîtres géomanciens travaillent pour affaiblir les protections des personnes pour pouvoir les atteindre mystiquement soit pour les détruire ou pour d’autres demandes.
Sacrifices et offrandes dans la Géomancie :
IL y’a différentes façons de faire des sacrifices et offrandes dans la géomancie africaineselon le but de la consultation. En tout état de cause, il y’a toujours quelque part un sacrifice à faire dans tout thème géomantique.

Tag(s) : #Y ’a t – il pas un autre moyen d’obtenir satisfaction sans faire de sacrifice ?
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :